Suivez-nous

Linkedin

twitter

Facebook

Instagram

Youtube

Services

Espace client

Paiement en ligne

Liens utiles

Nous localiser

RDV en ligne

Diaporama
Diaporama

Fiches pratiques

en savoir plus
Dites moi Maître : victime d'un accident de la circulation non responsable, puis je demander le remboursement du cout des réparations ou de la valeur de remplacement de mon véhicule ?

Dites moi Maître : victime d'un accident de la circulation non responsable, puis je demander le remboursement du cout des réparations ou de la valeur de remplacement de mon véhicule ?

Publié le : 03/11/2020 03 novembre nov. 11 2020

Vous venez d'être victime d'un accident de la route non responsable.

Votre véhicule est gravement accidenté et votre garagiste vous présente un devis de réparations salé.

Que demander au tiers responsable de l'accident et/ou son assureur : Cout des réparations ou valeur de remplacement du véhicule ?

Avant tout, doit être rappelé le principe de la réparation intégrale du préjudice en vertu duquel la victime doit être replacée dans une situation aussi proche que possible de celle qui aurait été la sienne si le fait dommageable ne s'était pas produit, sans considération de la gravité de la faute ou des situations de fortune respectives de la victime et du responsable (Cass. 2ème Civ. 28 oct. 1954, JCP 1955.II.8765, note Savatier).

Si les réparations sont d'un coût inférieur à celui du remplacement du véhicule, vous devrez se contenter du prix de la réparation.

La jurisprudence a admis, après quelques hésitations, que le coût des réparations puisse être supérieur à la valeur vénale du véhicule, jusqu'à atteindre la valeur de remplacement.

En revanche, si les réparations étaient plus chères que la valeur de remplacement, seule celle-ci devrait être retenue (Cass. 2e civ., 17 mars 1977, no 75-12.837, D. 1977, I.R., p. 329 ; Cass. 2e civ., 9 juill. 1981, no 80-12.142, Bull. civ. II, no 156, D. 1982, I.R., p. 52, RGAT 1982, p. 196 ; Cass. crim., 22 sept. 2009, no 08-88.181, Bull. crim., no 157, AJ pénal 2009, p. 507, RTD civ. 2010, p. 338, note Jourdain P., soulignant que la Chambre criminelle autorisait jusqu'alors la victime à solliciter le coût total des réparations, excédât-il la valeur de remplacement).

Il est de jurisprudence constante que l'évaluation du préjudice de la victime est effectuée sans que la vétusté soit prise en compte, dans la mesure où cela « ne replacerait pas la victime dans la situation où elle se serait trouvée si l'acte dommageable ne s'était pas produit, puisqu'elle supporterait alors injustement une dépense supplémentaire rendue nécessaire par la faute du tiers » (Cass. 2e civ., 16 déc. 1970, no 69-12.617, Bull. civ. II, no 346 ; voir également Cass. ch. mixte, 25 avr. 1975, no 72-14.801, Bull. civ. ch. mixte, no 2 ; Cass. ass. plén., 7 févr. 1986, no 84-15.189, Bull. civ. ass. plén., no 2 ; Cass. 3e civ., 6 mai 1998, no 96-13.001, Bull. civ. III, no 91 ; Cass. 3e civ., 12 janv. 2010, no 08-19.224).

Elle refuse de déduire de l’indemnité la valeur de l’épave (C. Cass 4 février 1982).

Depuis 1970, la Haute juridiction a confirmé son refus de tenir compte d'un abattement pour compenser l'avantage créé dans le patrimoine de la victime consécutif à l'échange de pièces usagées par des pièces neuves (Cass. ass. plén., 7 févr. 1986, no 84-15.189, Bull. civ. ass. plén., no 2, RGAT 1988, p. 341 ; Cass. 2e civ., 8 juill. 1987, no 85-14.052, Bull. civ. II, no 152, RGAT 1989, p. 347, note Chapuisat F.).

Comme l’a souligné le professeur Jourdain, « loin d'être isolées, ces décisions s'inscrivent au contraire dans un vaste courant jurisprudentiel marquant l'attachement de nos juridictions au principe de la réparation intégrale. Il en est d'ailleurs bien d'autres illustrations qui, toutes, révèlent la volonté des juges de procurer à la victime les moyens de faire procéder à la remise en état sans bourse délier. C'est en effet cette volonté qui justifie la préférence des tribunaux pour la valeur de remplacement par rapport à la valeur vénale, et interdit de procéder à la déduction d'un coefficient de vétusté » (La réparation intégrale du dommage peut passer le cas échéant par l'enrichissement de la victime, RTD civ. 1994, p. 118, Jourdain P.).

Il s’agit, comme le soulignent les professeurs Malinvaud et Boubli, d’ « une règle fermement posée par la jurisprudence depuis 1970 (…) : en matière de responsabilité civile, le principe de la réparation intégrale du préjudice interdit d'opérer une déduction pour vétusté » (Cass. 3e civ., 6 mai 1998, no 96-13.001, Bull civ. III, no 91, RD imm. 1998, p. 378, note Malinvaud P. et Boubli B.).

La théorie d’un enrichissement de la victime à raison des travaux de remise en état est d’autant moins pertinente que la jurisprudence indemnise le préjudice de dépréciation du véhicule.

Il sera également rappelé que la victime n’est pas tenue de limiter son préjudice (Cass. 2ème Civ. 19 juin. 2003, deux arrêts, D. 2003 p.2336, note J.P Chazal).

Le fait que la victime ait procédé elle-même ou fait procéder par son personnel à la remise en état du véhicule, ne diminue en rien ses droits à réparation intégrale, c’est-à-dire à hauteur de la valeur estimée et acceptée de la remise en état du véhicule (Cass. 2ème Civ. 19 nov. 1975, D. 1976, 137, note Le Tourneau).

La victime n’a nullement l’obligation de procéder ou faire procéder à la remise en état du véhicule, ou d’acquérir un véhicule semblable, le montant de la remise en état lui est dû, peu importe ce qu’il décide d’en faire (Cass. 2ème Civ. 31 mars 1993, RTD civ. 1993, 838, obs. Jourdain).

La victime est même en droit de demander à l’assureur de l’auteur du dommage, le paiement de l’indemnité représentant la valeur de remplacement du véhicule, ainsi que le remboursement des échéances du prêt contracté pour son acquisition, rendues directement exigibles du fait de l’accident et dont il a dû s’acquitter (Cass. 2ème civ., 19 nov. 1997, Bull civ. II, n°280, Gaz. Pal. 1999.1.148 note Mury).

En résumé, vous êtes en droit de demander le remboursement du cout des réparations du véhicule s'il est économiquement réparable (Valeur des réparations inférieure à valeur de remplacement) et vous êtes en droit de demander le remboursement de la valeur de remplacement du véhicule s'il est économiquement irréparable (Valeur des réparations supérieure à valeur de remplacement).

Nous mettrons notre expertise et  notre expérience à votre service pour vous assister.

Contactez-nous pour prendre rendez-vous au cabinet ou en ligne pour de plus amples renseignements.

Historique

<< < 1 2 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.
Navigateur non pris en charge

Le navigateur Internet Explorer que vous utilisez actuellement ne permet pas d'afficher ce site web correctement.

Nous vous conseillons de télécharger et d'utiliser un navigateur plus récent et sûr tel que Google Chrome, Microsoft Edge, Mozilla Firefox, ou Safari (pour Mac) par exemple.
OK